Takrouna le 22 Mai 2008

Les Amis du Forum « Ferryville »

A partir de Hammamet  à 10H30 nous faisons route vers Takrouna où nous savons pouvoir retrouver toute la délégation Ferryvilloise : Mamy et Salah, venus de Bizerte, Vivi et Alain, venus de Monastir, Lili, Marie et Dalila (de Guengla, elle est la sœur de Béchir !) venues de Bizerte, également Hamadi venu de Menzel-Bourguiba, et puis Odette, Josette, Josiane, Michel et Georges, venus de Hammamet, une belle brochette d’amis ,de visiteurs et une belle tablée, vous allez le voir ...

Mais avant cela, Le rocher Bleu de Aïda, son musée, son sourire, c'est pour elle que nous sommes là, c'est pour lui témoigner notre intérêt pour l'ensemble de son travail,

Merci Aïda pour l'accueil chaleureux qui nous a été réservé, Takrouna est un site incontournable pour qui veut comprendre la Tunisie, le tourisme peut être intelligent, non , nous reviendrons à Takrouna,

 Le piton rocheux de Takrouna,

   

Odette, c'est haut !C'est même très escarpé !

Michel avait décidé de rentrer à Hammamet ( nous étions venu à deux voitures , pour ramener Josette et Odette) après avoir salué Aïda et tous les amis
Ah, mais ! C'était sans compter avec la volonté de la maîtresse des lieux qui ne voulut rien entendre : il n'y aurait pas de repas si Michel n'était pas installé à table avec nous tous !  Aïda a donc procédé à la désignation des porteurs, et nous voilà cinq bons garçons "volontaires" pour faire avancer le palanquin du Chef !
Dans le fond, çà n'a pas été tâche fort difficile au regard du plaisir que nous avions à nous retrouver tous "là-haut" !
La descente, plus périlleuse aux yeux de tous, a retenu toute notre concentration et nous rendons au Forum un Michel en très bon état ! D'ailleurs, vous l'allez voir !
Moralité (s'il en faut une !) : quand on veut, on peut, et Michel sait maintenant qu'il peut compter sur ses amis .... ( ce que je savait : Michel, mais là nous en avons la preuve par 5 !)

   

Comme on peut l’observer, « sous le contrôle de Aïda. Merci encore

La préparation du pain,

     

les invités arrivent, les uns après les autres

 

 

 

 

   

Merci  Aïda et Bravo

Le musée de Takrouna

Création de d’ Aïda .Il faut dire que Aïda ,a du mérite d'avoir rassembler tout ces objets, de les avoir mis en valeur ,dans un cadre exceptionnel et authentique, un vieux village berbère, qui grâce à son courage, ses dons d’artiste, sa persévérance  a redonné vie au village, et donné un nouveau motif de voyage au tourisme culturel

 

 

 

A bientôt Takrouna
Nous quittons avec regrets Aïda, les cuisinières, les amis porteurs si sympas, le Rocher Bleu, en promettant d'y revenir vite ....


La prochaine escale sera le cimetière militaire de Takrouna, une belle page d'Histoire, de notre Histoire commune, Tunisiens et Français

Un peu d'histoire ...
Après la première guerre mondiale, qui avait déjà vu combattre près de 58 000 Tunisiens, la période de 1939 à 1945 fut, pour les troupes tunisiennes, celle de l'engagement aux côtés de leurs frères d'armes français dans la lutte menée contre le nazisme.
340 000 soldats d'Afrique du Nord participèrent à la campagne de France à l'issue de laquelle l'armée d'Afrique, autorisée par la convention d'armistice, fut réduite à 120 000 hommes, Français, Algériens, Tunisiens, Marocains, confondus.
En Décembre 1942, après le débarquement allié au Maroc et en Algérie, la Tunisie devient un enjeu stratégique majeur où les troupes françaises, au sein desquelles servaient 10 000 Tunisiens, s'opposèrent aux soldats allemands débarqués à Tunis le 12 Novembre 1942.
Plus tard, les troupes tunisiennes, dont le fameux 4ème Régiment de tirailleurs tunisiens, s'illustrèrent durant la campagne d'Italie (1943-1944) en libérant notamment la ville de Sienne, le 3 Juillet 1944.
L’armée d’ Afrique participa également au débarquement de Provence (15-16 Août 1944) qui déboucha sur la libération de Marseille .Ensuite, elles furent engagées dans les plus durs combats de l'hiver 1944-1945 qui permirent la libération de Strasbourg et de Colmar et virent l'armée française franchir le Rhin.
Entre 1943 et 1945, l'Afrique du Nord a fourni à l'armée française plus de 456 000 hommes dont 176 000 Français, 150 000 Algériens, 85 000 Marocains et 45 000 Tunisiens.
(Source : Ambassade de France en Tunisie )

Le cimetière de Takrouna

Jeudi 22 Mai, vers les dix-sept heures, après que l'on se soit "arrachés" à la douce torpeur du Rocher Magique, nous amorçons notre retour vers Hammamet.
Michel roulant devant nous, ralentit et range son véhicule sur le bord de la route, devant le petit cimetière militaire de Takrouna.
Nous ne sommes pas des amateurs de cimetières, Josiane et moi-même (fussent-ils militaires !), la Normandie en regorge, là, c'est exceptionnel ! Petit cimetière propret, 450 tombes dont 32 tombes de tirailleurs musulmans, qui n’ont pu être enterrés dans leur villages, des frères de combat ensevelis dans la même terre, des hommes morts pour la liberté, pour un idéal de paix !
Nous entrons donc dans le cimetière, des tombes bien alignées, bien propres, un casque de combat posé sur chacune d'elles, pas un brin d'herbe folle, pas un papier, un superbe monument rappelle les victoires contre l'oppresseur germanique en Libye : Fezzan, El Alamein, Bir Hakeim, Kasserine  et Takrouna en Tunisie, quelques images pour vous inciter à rendre visite à ce petit cimetière, au nom du devoir de mémoire dont on parle tant à nos enfants ....



Le hasard : Lors de notre retour en Bateau, avec nos famille, le 29 mai, nous avons pris la dernière photo du séjours de 3 semaines. Elle vaut pour son histoire. En effet en attendant les manœuvres d'accostage du bateau et l'ascenseur pour descendre au parking à voiture, je me suis assis sur les marches d'escalier, suivi par un Mr qui à certains égard ressemblait à mon père. La conversation s'est engagée.

Ce Monsieur,  revenait de vacances dans sa famille à Metlaoui, sa maison la dernière avant le premier tunnel emprunté par le Lézard Rouge.

Ce Monsieur, 84 ans, rentrait chez lui à Strasbourg, (chez Monica et Hamadi), il était un des engagé volontaire qui avait suivi l'appel du général de gaule dès 1940, avait rejoint Leclerc, s'était battu en Tunisie contre les allemands , l'Italie, la Provence et a participé à la libération de strasbourg. Un vrai de l' armée d'Afrique, aussi j'ai demandé s'il voulait bien que l'on nous prenne en photo, ce qu'il a accepté volontiers.

Il habite Strasbourg depuis qu'il a été libéré de l'armée en 1945, mai sa fait de nombreux aller retour

Bravo à ce Monsieur ( Michel)

 

Photos  Josiane  pour la quasi totalité.  Mise en page et texte  repris des messages de Georges pour l’essentiel, avec quelques modifications et compléments